AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ennis/Endemy - Mutant - Moon : Ce que l'Homme a cru voir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


may be a mutant
be careful



inscrit(e) le :
07/08/2016
message(s) posté(s) :
33


MessageSujet: Ennis/Endemy - Mutant - Moon : Ce que l'Homme a cru voir Lun 8 Aoû - 0:55



Ennis Kendal
Dominique Hollington | Moon | inventé


nom(s) et prénom(s) Ennis Kendal surnom(s) Endemy date et lieu de naissance 16 juin 1982, Quimper âge 28 ans origine(s) breton race mutant métier/études humoriste orientation sexuelle bisexuel statut marié pouvoir(s) capter et répandre, pour un temps limité, un problème médical présent dans son entourage immédiat les mutants et moi non pratiquant, je trouve plus simple de me tenir à l’écart de cette petite communauté, dont les revendications ne me concernent pas vraiment.

1. Marié et père de jumeaux, Ennis a cependant une vie assez indépendante, et habite rarement sous le même toit que sa famille. La plupart du temps, il est à Paris, où il donne des spectacles.
2. Dans sa jeunesse, il était très fier d'être un Mutant et rêvait de rendre la justice grâce à son pouvoir, sous une identité secrète qu'il avait nommée "Endemy". Aujourd'hui, c'est très différent. Il ne veut plus entendre parler de cette époque.
3. Originaire de Quimper, et passionné par la culture de sa région, Ennis a essayé d'apprendre le breton mais n'y est jamais arrivé, ce qui le vexe un peu.
4. En attendant, il danse volontiers la gigue à l'occasion, et ne voit rien de ridicule dans les fêtes de village ; il possède un kilt, et fait très bien les crêpes. Oui, ce sont des stéréotypes, et il vous tire la langue, voilà.
5. Son pouvoir lui a valu de partager les conditions médicales de diverses personnes, quoique brièvement. Il a donc beaucoup d'empathie pour les problèmes de ce type, car il peut d'un instant à l'autre connaître la même souffrance et la même menace. Il ne s'est, par exemple, jamais moqué d'un handicap.
6. Ses différents cercles de connaissances (amis, famille, collègues...) ne se fréquentent pas, et savent très peu de choses les uns sur les autres. Il le fait sans réfléchir, mais au fond, c'est pour les protéger.
7. Si un débat éclate en public au sujet des mutants, il en parle comme s'il était un humain classique, assez indifférent à la question, mais prudent avant tout. Il aime aussi rappeler les autres types de mutation (identitaire, politique, spirituelle...) qu'un être humain peut connaître dans une vie dénuée de pouvoirs, histoire de relativiser.
8. Assez conservateur sur certains points, il préfère en général les versions instrumentales et orchestrales des chansons à la mode. C'est ce qu'il écoute en faisant son jogging.




O'Kazoo

BY KUSUMITAGRAPH' | LORELEI SEBASTO CHA

_________________

change the game ~ don't let the game change you
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



inscrit(e) le :
07/08/2016
message(s) posté(s) :
33


MessageSujet: Re: Ennis/Endemy - Mutant - Moon : Ce que l'Homme a cru voir Lun 8 Aoû - 0:55



The story of my life
In every lost soul, the bones of a miracle


Un père restaurateur, une mère chroniqueuse de magazine, des vacances à la mer, un chien, de mauvaises notes en maths... Tout était à peu près normal, jusqu'à ce jour où Ennis rêvait de recevoir une lettre l'invitant à Poudlard, école des sorciers, comme pas mal de gamins de sa générations arrivés à l'âge fatidique. Au lieu de ça, le surnaturel fit son apparition dans sa vie de manière un peu plus dramatique qu'un pauvre hibou pelé perché sur sa boîte aux lettres.

Quelque chose n'était pas normal chez sa cousine. Il le sentait bien, mais il n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. Il lui avait demandé plusieurs fois si elle avait un souci, mais elle affirmait que non. Et soudain, il en était intimement convaincu : elle était malade. En la regardant, il sentait comme une résonance dans son propre corps.
Il n'en parla à personne, tenta de se concentrer, et c'est alors que l'ensemble de la famille à table commença à se plaindre de nausées. On crut à un empoisonnement alimentaire, et on jeta le dîner.

La crise passa très vite, mais tout le monde alla voir le médecin dès le lendemain. On s'aperçut alors que sa cousine avait une tumeur à l'estomac, et elle fut opérée en urgence.
Pendant plusieurs mois, elle resta hospitalisée, entre la vie et la mort ; le petit garçon, de son côté, se sentait terriblement coupable, mais quelque chose lui soufflait aussi qu'il venait de se découvrir un pouvoir remarquable, avec lequel il pourrait accomplir de grandes choses.
Des années plus tard, quand il témoigna à sa cousine de ces souvenirs dramatiques, elle déclara qu'il lui avait certainement sauvé la vie.

Durant le lycée, Ennis, artiste et rêveur, grand adepte de théâtre d'improvisation, rêva d'une vie de justicier sans peur et sans reproche, d'une identité secrète qu'il endosserait à la nuit tombée pour réparer les torts et venger les injustices.
Il s'ouvrit de son étrange talent à ses amis les plus proches, immédiatement passionnés. Les plus aventureux le poussèrent à s'en servir à telle ou telle occasion, pour mettre en scène une intervention héroïque et séduire une fille en détresse, pour échapper à un examen scolaire, pour écarter l'attention de la police d'une cache de substances illicites...

Bientôt, Ennis se sentit utilisé et se brouilla avec eux. Ils ne le prenaient pas vraiment au sérieux, ils ne se rendaient pas compte de l'importance de son secret. Pour qui le prenaient-ils, un phénomène de cirque ? A cette époque, le jeune homme se sentait plus proche des Mutants que des Humains, et ressentait pour ceux-ci un léger mépris teinté d'amertume.
C'est alors qu'il tomba amoureux. Une motarde au crâne rasé, tatouée de roses noires, qui portait un collier à pointes. Ses parents n'étaient pas fans, mais ils ne pouvaient pas l'empêcher de partir étudier le cinéma à Paris avec elle. C'était l'occasion de tout recommencer à zéro, d'enfin devenir quelqu'un.

Il avait bien envisagé des études de médecine, mais comment expliquer aux professeurs que sa particularité le dispensait de tout esprit scientifique ? Pour exercer, il faudrait un diplôme. Peu importe s'il savait ressentir les souffrances et les maux de son entourage proche. Il apprit aussi avec le temps à se couper de cette perception, qui empoisonnait sa vie quotidienne. Sa copine l'appelait "Cassandre". Ce n'était que trop vrai.
Ce fut lui, au bout de longs mois d'hésitation, qui lui déclara qu'elle souffrait d'une profonde dépression. Elle ne voyait pas les choses comme ça. Pour elle, c'était une esthétique.

Ils se disputèrent un moment, puis il parvint à la convaincre de se chercher un traitement. Elle eut peur de lui, un temps, consciente à présent qu'il la regarderait un jour mourir.
Puis elle revint vers lui. A son tour, elle déclara qu'Ennis lui avait sauvé la vie. Elle lui offrit la sienne en retour. Pour leur mariage, elle portait une robe noire. Elle était enceinte. Les parents d'Ennis avaient peur. Lui, il savait que c'était la bonne décision. Et pour ces enfants, il allait devenir un héros.

Il connaissait maintenant son pouvoir sur le bout des doigts, comme un virtuose connaît son instrument de prédilection. Il errait au soir dans les ruelles, dans le métro, dissimulé sous un simple capuchon, comme n'importe quel joggeur égaré dans la capitale. Mais qu'il voie un couple se disputer, un vieillard grelotter sous un abri de fortune, un groupe élever la voix, il dressait immédiatement l'oreille.

Il se sentait responsable de tous ceux qu'il croisait. Leurs vies n'étaient plus étrangères à la sienne, car il avait peut-être le pouvoir de réécrire leur destin. Parfois, il intervenait ; parfois, il jugeait que ce n'était pas la meilleure chose à faire. Parfois, il n'en avait pas la possibilité. Mais il savait une chose : s'il commettait une erreur, il ne pourrait s'en confier à personne. Il ne recevrait aucun soutien. C'était une affaire entre lui et la nuit.

C'est ainsi qu'un jour, abordé par une personne complètement inconnue qui lui demandait son aide, il dirigea son sens de détection sur une rue passante. Dans le bâtiment voisin, le braquage d'une boutique avait lieu, sans que personne ne se doute de rien ; les gens vaquaient à leurs affaires, et à l'intérieur, une dizaine d'otages terrifiés retenaient leurs larmes pour sauver leur vie.
Il y réfléchit plus tard : cette personne devait être un Mutant elle aussi. Quelque chose devait lui permettre de deviner ce qui se passait, mais aussi de savoir que le jeune homme avait les ressources surnaturelles nécessaires pour interrompre un braquage.

En tout cas, il devait être présent sur place pour avoir un quelconque impact. Il s'avança et passa la porte. Aussitôt, un bandit caché derrière le battant lui pointa une arme sur la tempe. Il s'avança en levant les mains, jouant la surprise.
Depuis toujours, Ennis était bon comédien ; il avait appris dès ses douze ans qu'il avait le choix entre deux possibilités, étendre les effets de son pouvoir à son propre organisme, et tomber malade comme tout le monde ; ou simuler les symptômes. C'était devenu une seconde nature chez lui, et son empathie naturelle lui permettait d'imiter instantanément le comportement d'une personne en souffrance, dès qu'il la percevait.

C'était même trop rapide. Lorsqu'il porta la main à son cœur, en se crispant pour tomber, il était trop tard. Il venait de déclencher une crise cardiaque chez l'ensemble des personnes présentes. Tout le monde s'effondra, les armes tombèrent à terre, et il les collecta rapidement avant de mettre fin à la crise, ce qu'il faisait en adoptant une simple pose de relaxation, et en bloquant sa respiration ; mais il avait été trop brutal, il le savait. Il quitta la salle et disparut dans la rue toujours paisible. C'est à la télévision, le soir même, qu'il découvrit la conclusion de l'affaire.

Le garde de sécurité fut le premier à reprendre ses sens, et maîtrisa les bandits tout en contactant la police. Il s'attacha ensuite à vérifier que tous les clients pris en otages se remettaient de leur mésaventure. C'est alors qu'il réalisa qu'un enfant dans sa poussette ne se réveillait pas. Le choc avait été trop violent ; l'organisme fragile du bébé n'avait pas résisté, et ses fonctions vitales s'étaient arrêtées ; il ne respirait plus.

Conduit en urgence à l'hôpital, l'enfant ne put cependant être sauvé, son cerveau demeuré sans oxygène trop longtemps étant atteint de lésions irréparables. Ce fut la grande affaire médiatique des jours suivants, et pendant encore un mois, on diffusa régulièrement les images des caméras de surveillance, où Ennis se reconnaissait avec horreur, malgré la capuche qui couvrait sa tête.
Il décida de laisser définitivement derrière lui cette partie de sa vie. Conscient d'avoir des crises de somnambulisme, et du danger que cela pouvait représenter s'il activait son pouvoir dans son sommeil, il prit l'habitude de prendre des cachets tous les soirs pour s'assurer un sommeil lourd et profond.
Il se consacra à sa famille, à son travail - alors DJ sur une petite radio locale - et à une identité résolument humaine. Quand ses anciens amis le contactaient, il ne répondait pas, craignant toujours qu'ils n'aient des soupçons sur sa culpabilité dans cette horrible affaire. Cette fois, il n'avait aucune justification. Il n'avait sauvé personne. Tout se serait peut-être mieux passé s'il ne s'en était pas mêlé.

Les années passant, Ennis remarquait de plus en plus de détails dans l'actualité qui semblaient indiquer la présence de Mutants beaucoup plus nombreux qu'il ne l'aurait supposé. Bonne ou mauvaise chose, ce n'était pas une question très utile selon lui : c'était ainsi, il fallait maintenant gérer cette situation au mieux. Il espérait surtout que les autres feraient comme lui, et s'efforceraient de limiter au maximum l'impact de leurs pouvoirs sur la vie du public. Mais de toute évidence, tous ne voyaient pas les choses de la même façon, ce qui ne le rassurait vraiment pas.
Un jour, il s'aperçut que ses enfants ressentaient son hostilité face à la figure populaire du justicier masqué, et qu'ils avaient des propos anti-mutants. Ce n'était pas non plus ce qu'il voulait ; d'ailleurs, tôt ou tard, ils finiraient par comprendre que leur propre père appartenait à cette population. Ennis décida d'avoir une discussion avec eux, et s'aperçut qu'ils en avaient simplement peur parce qu'ils sentaient que leur protecteur naturel se sentait vulnérable face à ce sujet.

"Ecoutez, quand j'avais votre âge, je rêvais d'être un sorcier et de rejoindre une école où je pourrais apprivoiser mes pouvoirs en toute sécurité... Ce n'était qu'un conte pour enfants, mais aujourd'hui, vous avez dans votre vie quelque chose de bien réel. La mutation, c'est la magie du futur. C'est ce qui devrait alimenter vos rêves. Après tout, vous ne savez pas si vous en serez vous aussi atteints, alors autant en faire quelque chose de génial, plein de possibilités. Et si vos amis se brouillent avec vous, ce jour-là, qu'est-ce que vous en penserez ? Que ce ne sont pas de vrais amis. C'est un vrai pouvoir, ça, qui vaut la peine d'être développé : la loyauté, la compassion, la remise en question... Les pouvoirs que vous choisissez d'utiliser, que vous soyez des Mutants ou non. Le reste, c'est le hasard, ça ne compte pas. C'est comme la couleur de vos cheveux, ou la taille de vos pieds, le fait d'être myope ou de chanter faux... Il ne faut pas que ça change votre opinion d'une personne. Vous comprenez ?"

Ils comprenaient. Bien que leur père ne soit pas souvent à la maison, et n'ait pas grand-chose du père classique, il restait une figure importante dans leur vie, et ils avaient une certaine admiration pour son flegme face aux bouleversements du monde. Ennis était en fait plus souvent dans les cafés de Paris, où il avait lancé un numéro d'humoriste basé sur une expression neutre et blasée, et un commentaire décalé de l'actualité. Cheveux longs, tenues Renaissance, il se composait un personnage de voyageur du temps en totale incompréhension des comportements humains modernes.

A la maison, une amante aux nattes rousses et au rire solaire dormait de plus en plus souvent dans son lit conjugal, et il lui abandonnait volontiers la place. La jalousie n'avait jamais fait partie de ses tendances naturelles. Lui-même, plus souvent qu'à son tour, dormait chez des copains, et il était heureux de disposer d'une telle liberté. Il fallait bien renvoyer l'ascenseur. Le temps avait peu à peu guéri sa répulsion viscérale à l'égard de son propre pouvoir, et il commençait à réfléchir à une façon de l'utiliser sans mettre des innocents en danger ; mais sa tentative en ce sens ne fut pas exactement un succès.
Il faut savoir que sa belle-famille comptait plusieurs militaires. Naturellement, Ennis avait songé mettre son aptitude destructrice au service d'un quelconque programme secret, qui lui permettrait de s'attaquer à des adversaires consentants, sans provoquer de pertes civiles. Il espérait du moins qu'on lui permettrait de cibler ses frappes avec précision. Mais ayant le contrôle sur le rayon de son action, à quelques mètres près, il pensait pouvoir rester son propre maître.

Mais c'est à cette époque que la médiatisation des Mutants prit un tournant important. Et aux repas de famille, les vieux colonels et les fringants cadets avaient des remarques tout sauf respectueuses. En clair, ils plaisantaient ouvertement sur la possibilité d'un massacre organisé des Mutants, qu'ils comparaient aux Templiers. Les théories de conspirations et les rumeurs absurdes semblaient les amuser beaucoup.

Choqué, Ennis avait envie de leur demander : "vous avez vérifié qu'il n'y a aucun mutant dans la salle, avant de parler de cette façon ?" Mais il n'osa pas. C'était l'équivalent d'une auto-dénonciation. Il fit donc profil bas, mais décida de renoncer pour de bon à intégrer son pouvoir dans le monde tel qu'il était. Désormais, il agirait en simple humain, c'était décidé. La seule chose qui pourrait le pousser à assumer ouvertement sa condition, c'était une éventuelle condamnation injuste pour le crime qu'il avait commis. Si un jour quelqu'un d'autre était accusé à sa place, il était prêt à se dénoncer. Mais jusqu'à présent, ce n'est jamais arrivé.

BY KUSUMITAGRAPH' | LORELEI SEBASTO CHA

_________________

change the game ~ don't let the game change you
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



moi et les mutants :
je les calculs pas pour moi un humains peut être aussi pourris qu'un mutant et vice verca

inscrit(e) le :
11/06/2016
message(s) posté(s) :
273


MessageSujet: Re: Ennis/Endemy - Mutant - Moon : Ce que l'Homme a cru voir Lun 8 Aoû - 0:59

J aime bien découvrir des têtes que je connais pas bienvenue <3 <3 <3

_________________

Au plus profond de mon corps, dans la moelle de mes os, du sommet de ma tête à la plante de mes pieds, dans le trou de ma poitrine, j'étais certaine d'une chose : aimer donnait le pouvoir de briser l'autre.©️ signature by anaëlle.
Just give me the greenlight
so tell me right now you want me right now
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



moi et les mutants :
Je suis chez moi à Fleur de Lys, cela répond peut-être à la question..?

inscrit(e) le :
04/08/2016
message(s) posté(s) :
87


MessageSujet: Re: Ennis/Endemy - Mutant - Moon : Ce que l'Homme a cru voir Lun 8 Aoû - 5:05

Une bouille que je ne connais pas du tout.. ^^ Bienvenue et bon courage pour terminer ta fiche. (:

_________________
You're like a drug that's killing me
So if I run it's not enough, you're still in my head forever stuck. So you can do what you wanna do, I love your lies I'll eat 'em up.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



inscrit(e) le :
07/08/2016
message(s) posté(s) :
33


MessageSujet: Re: Ennis/Endemy - Mutant - Moon : Ce que l'Homme a cru voir Lun 8 Aoû - 11:29

Merci msieur dames ! Ce devrait être fait dans la journée :)

_________________

change the game ~ don't let the game change you
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



moi et les mutants :
Bonne entente

inscrit(e) le :
26/07/2016
message(s) posté(s) :
46


MessageSujet: Re: Ennis/Endemy - Mutant - Moon : Ce que l'Homme a cru voir Lun 8 Aoû - 12:23

Bienvenue ici !

_________________
I'm a crazy princess
Let's find a light inside our universe now, Where ain't nobody keep on holding us down, Just come and get it, let them say what they say, Cause I'm about to put them all away.
- blackheart & crédits.  
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



inscrit(e) le :
07/08/2016
message(s) posté(s) :
33


MessageSujet: Re: Ennis/Endemy - Mutant - Moon : Ce que l'Homme a cru voir Lun 8 Aoû - 14:31

Merci Alice, et voilà, j'ai fini ! iufehj

_________________

change the game ~ don't let the game change you
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



moi et les mutants :
BONNE ENTENTE | je suis mutant et je n'ai aucun souci avec les autres mutants

inscrit(e) le :
13/06/2016
message(s) posté(s) :
93


MessageSujet: Re: Ennis/Endemy - Mutant - Moon : Ce que l'Homme a cru voir Lun 8 Aoû - 16:58

Ouaaaaaaah, que dire de plus, ton personnage est vraiment vraiment très intéressant je l'aime beaucoup (et puis BZH POWAAAAAAA mdr) j'ai hâte de voir ce que tu vas en faire sur le forum !
Damian valide
Et voilà c'est fait, tu as réussi le test d'admission et tu es des nôtres à présent. Félicitations déjà, il faut bien le dire. Dans un premier temps, il va falloir que tu fasses les petites démarches, chiantes certes mais nécessaires : Une fois tout ça fait, vous pouvez vous occuper un peu plus en profondeur de votre personnage et donc lui créer son background un peu plus que vous l'avez déjà fait dans votre fiche de présentation : Et puis bah finalement, vous serez prêts pour pouvoir vous amuser avec nous et faire des rps de folie à nos côtés.

BON JEU SUR LE FORUM
BY KUSUMITAGRAPH' | LORELEI SEBASTO CHA

_________________
I can't get you off of my mind
When I see you dance with another when you put your hands on another I can't bring myself not to bother When I see you dance with another, come on! When I see you walk with another When I see you talk to another I got no choice but to go undercover When I see you dance with another
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



inscrit(e) le :
07/08/2016
message(s) posté(s) :
33


MessageSujet: Re: Ennis/Endemy - Mutant - Moon : Ce que l'Homme a cru voir Lun 8 Aoû - 17:22

Thanks boss, ce fut un plaisir. Je donne de ce pas le petit coup de balai nécessaire, et une fois tout épousseté tout beau, on se reverra dans nos fiches de liens ;)

_________________

change the game ~ don't let the game change you
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Ennis/Endemy - Mutant - Moon : Ce que l'Homme a cru voir

Revenir en haut Aller en bas
 

Ennis/Endemy - Mutant - Moon : Ce que l'Homme a cru voir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Carte d'identité :: Fiches validées-
Sauter vers: